Bugatti Divo 2019

2 September 2018 par Jean-Sébastien Poudrier

Même si Bugatti est une marque bien établie aujourd’hui, il faut se souvenir qu’il n’y a pas si longtemps de ça, tout ce qu’on connaissait de la marque, c’était quelques voitures qui ont été construites entre les années 1910 et 1962. Ensuite, il y a eu le modèle ED110 dans les années 90 et puis après, plus rien.

C’est en 1998 que le groupe Volkswagen a procédé à l’acquisition de la marque. Néanmoins, il aura fallu attendre 7 ans avant que le constructeur ne nous propose une nouvelle voiture. Et c’est à ce moment que la Veyron est arrivée sur le marché, chamboulant l’industrie de l’automobile avec des données extrêmes à tous les niveaux. Les années ont passé et la production de la Veyron s’est terminée en 2015. Bugatti étant en pleine croissance et la demande étant de plus en plus fortes, le constructeur français n’a pas eu d’autres choix que celui de lancer un nouveau modèle, la Chiron. Il faut croire que ce n’était pas encore suffisant puisque Bugatti est revenu à la charge très rapidement avec un nouveau modèle encore plus exclusif et dispendieux, la Divo, qui marque du même coup le 110e anniversaire de la marque.

Divo

La Bugatti Divo a été présentée lors du Motorsports Gathering en Californie avant d’être exposée au concours d’élégance de Pebble Beach. La première chose que vous devez savoir sur cette dernière, c’est qu’il ne s’agit pas d’une édition spéciale de la Chiron et qu’elle ne viendra pas remplacer cette dernière. La Divo est un modèle à part entière et elle sera produite à seulement 40 exemplaires. D’ailleurs, à 5 millions d’Euros l’unité, soit environ 7.5 millions de dollars, la Bugatti Dibo coûte plus du double de la Chiron. Le plus outrageant dans tout ça, c’est que les 40 unités sont probablement déjà toutes vendues…

Comme le veut la tradition pour la marque, cette nouvelle Bugatti tire son appellation du nom d’un célèbre pilote de la marque, en l’occurrence, Albert Divo. Histoire de rendre cette voiture encore plus spéciale, le constructeur français a établi une règle simple. Pour acheter une Divo, il vous faut être propriétaire d’au moins 1 exemplaire de Chiron. J’aime particulièrement le fais que Bugatti mentionne «d’au moins un» puisque certains acheteurs sont assez fortuné pour se payer non pas une, mais plusieurs Chiron. Il n’y a pas de donnée connue sur le sujet pour le moment, mais ça s’est déjà vu avec la Veyron chez quelques acheteurs qui voulait posséder différentes versions.

16 cylindres

Tout comme c’est le cas pour la Bugatti Chiron, la Divo est propulsée par un bloc moteur de 16 cylindres en W. Ce dernier affiche une puissance de 1500 chevaux. Le tout est relié à une boîte automatique à 7 rapports et un rouage intégral de série. On ne connait pas encore la vitesse maximale de cette voiture, mais on peut s’attendre à ce qu’elle soit aussi rapide que la Chiron. Là où ça promet d’être intéressant et différent pour les propriétaires, c’est que la Bugatti Divo a été spécialement conçue pour les virages selon ce qu’en dit le constructeur français. En effet, elle ne serait pas uniquement rapide en ligne droite, mais aussi dans les courbes. Aucun temps de piste n’a été dévoilé pour le moment, mais on peut s’attendre à ce que Bugatti tente de battre certains records sur des pistes comme le célèbre Nurburgring dans les mois à venir.

Une silhouette racée

Contrairement à la Chrion qui affiche une silhouette pure et fluide, la Divo propose un fini plus brutal et extrême. Certes, elle a conservé certains éléments de la Chrion comme la demi-lune latérale sauf que cette dernière coupe au milieu de la porte au lieu de continuer jusqu’au bas de caisse, ce qui donne une allure encore plus sportive à la voiture. La Chrion est une voiture belle à regarder de loin puisque son design est un tout alors que la Divo propose une multitude d’éléments plus accrocheurs les uns que les autres sur le plus visuel.

À l’avant, on lui reconnait la classique calandre de la marque et c’est à peu près tout. Elle a droit à un capot encavé et ses phares sont directement intégrés à la carrosserie. La partie latérale est tout aussi impressionnante, avec ses immenses jantes au design unique et ses panneaux de bas de caisse qui ressorte de la carrosserie pour offrir un meilleur aérodynamisme. La partie arrière de la voiture est de loin la plus fascinante avec ses feux arrière qui ressemble plus à des dizaines de cristaux qui auraient fusionné avec la voiture, il y a un immense diffuseur et un immense aileron arrière histoire de garder la voiture au sol. Bref, au final, on comprend que son objectif n’est pas de passer pour une œuvre d’art comme c’est le cas pour la Chrion, mais plutôt de faire tourner le plus de têtes possible sur son passage.

Néanmoins, tous ces éléments visuels, ce n’est pas que de la poudre aux yeux puisque la Bugatti Divo est réellement une voiture efficace. En fait, la grande sportive du constructeur français est capable de supporter jusqu’à 1.6 G dans les courbes contre 1.5 G pour la Chiron et elle a droit à 198 livres de plus de pression au sol. Là où c’est moins intéressant pour les acheteurs, c’est que la vitesse maximale de la voiture a été limitée à 380 km/h seulement en raison de l’inclinaison des roues, ce qui lui permet d’ailleurs de prendre une courbe plus rapidement. Selon les dires du constructeur, la Bugatti Divo est plus légère de 35 kg par rapport à la Chiron et elle peut boucler le 0-100 en 2.4 secondes seulement.

Jean-Sébastien Poudrier