Volvo Polestar 1 2020

25 March 2018 par Jean-Sébastien Poudrier

Le constructeur automobile suédois Volvo vient tout juste d’ouvrir la banque de commande pour sa toute nouvelle voiture, la Polestar 1 2020. Cette voiture a été spécialement conçue par Polstar et c’est la raison pour laquelle elle n’affiche aucun logo Volvo. Néanmoins, il est important de savoir que cette nouvelle sportive hybride de grand luxe a été conçue à partir de la toute nouvelle plateforme SPA de Volvo, une plateforme qui a été créée pour réduire le nombre de mort et de blessé grave dans une Volvo à 0, tout simplement.

Néanmoins, ce qui rend la Volvo Polestar 1 aussi intéressante, ce n’est pas le fait qu’elle soit sécuritaire, mais bine ce qui se cache sous son capot (si cette expression est encore valable). En effet, la Polestar 1 est propulsée par un moteur de 4 cylindres de 2.0 litres et deux moteurs électriques. Jusqu’ici, cela ne représente rien de plus impressionnant que nous propose une Toyota Prius. Néanmoins, il faut savoir que le moteur de la Polestar 1 est turbocompressé et suralimenté. Ainsi, au final, la sportive du constructeur suédois affiche une puissance de 600 chevaux et 740 livres-pied de couple, ce qui lui permet de boucler le 0-100 en moins de 3.8 secondes. La Polestar 1 2020 est également capable de parcourir plus de 150 kilomètres en mode 100% électrique, ce qui est de loin supérieur à la compétition qui ne propose généralement que 50 kilomètres d’autonomie en moyenne.

MG class="alignnone size-full wp-image-1107646" src="https://www.autokmh.com/blogue/wp-content/uploads/2018/03/Polestar-1-2020-1280-04.jpg" alt="" width="850" height="284" srcset="https://www.autokmh.com/blogue/wp-content/uploads/2018/03/Polestar-1-2020-1280-04.jpg 850w, https://www.autokmh.com/blogue/wp-content/uploads/2018/03/Polestar-1-2020-1280-04-768x257.jpg 768w" sizes="(max-width: 850px) 100vw, 850px" />

Histoire d’en faire une voiture agréable à conduire, Volvo ne s’est pas uniquement contenter rendre la Polestar 1 très puissante, car la voiture bénéficie aussi d’une suspension très sophistiquée, d’énormes étriers à 6 pistons de marque Akebono et de pneus avant de 275mm de largeur et arrière de 295mm de largeur.

Un design particulier, mais familier

Selon les dires du constructeur suédois, le design de la Polestar 1 tire son inspiration de nombreuse source dont principalement la  berline S90. Néanmoins, on ne peut nier que le premier coup d’oeil nous donne l’impression que nous avons affaire à une Mustang du futur, mais aussi étonnant que ça puisse sembler, les deux voitures ne sont pas du tout basées sur la même plateforme. Quoi qu’il en soit, il y a quelqu’un chez Volvo qui n’a pas encore décroché de l’époque où la marque était associée avec Ford.

Bon pour ne parler que de la Polestar 1, je crois que le constructeur suédois a réussi son pari en terme de design, car la voiture offre un fini à la fois élégant et sportif et c’est ce qu’on veut laisser comme impression dans ce genre de voiture. J’aime beaucoup la face avant typique de la signature esthétique de Volvo et surtoutle parent-choc qui n’est pas sans rappeler celui qu’on retrouve sur la Lamborghini Aventador S. L’arrière de la voiture est tout simplement superbe avec des feux arrière très futuristes, ce qui donne d’ailleurs un fini très épuré à la voiture. Dans son ensemble, la Polestar 1 est une voiture très séduise, mais juste assez sérieuse.

L’habitacle de la Polestar 1 est tout simplement superbe. Ia planche de bord est imposante et le volant propose une bonne prise. Je trouve personnellement que les trappes d’aération sont mal positionnées, mais ce n’est qu’une question d’opinion. Pour le reste, la qualité de la finition intérieure est irréprochable et je dois dire que beaucoup apprécieront le fait que la Volvo Polestar 1 propose 4 places et non seulement 2 comme c’est le cas dans la majorité des voitures de sa catégorie.

Polestar

Si vous ne connaissez pas Polestar, il s’agit d’une entreprise suédoise qui se spécialisait autrefois dans la modification de Volvo pour des courses de rallye. Puis, l’entreprise a fini par devenir partie intégrante de Volvo de la même manière que AMG pour Mercedes-Benz en s’occupant de concevoir des versions sportives pour certain modèle. Plus récemment, la division Polestar a décidé qu’il était temps pour elle de concevoir des voitures à part entière et le résultat n’est nul autre que la Volvo Polestar 1 2020.

Achetez sans acheter

Le concept qu’est l’achat d’une voiture commence à prendre plusieurs significations avec le marché qui est toujours en consente évolution. Bref, les manufacturiers se sont rendu compte que le fait de proposer l’achat ou la location seulement, ce n’était plus assez. Et c’est pourquoi Volvo a décidé de s’inspirer du modèle de certaines compagnies qui se spécialisent dans l’autopartage. En effet, il ne sera pas possible de posséder ou louer une Volvo Polestar 1 2020 ni même de la louer. Ce que le constructeur suédois vous propose, c’est plutôt un abonnement à la voiture, ce qui comprend le prix des assurances, des plaques et même les entretiens.

Toutefois, le constructeur suédois parle déjà de proposer la vente au détail du modèle et même si on ne connait pas encore son prix final, on sait que la voiture pourrait se vendre quelque part entre 150 000$ et 200 000$.

En temps normal, on arrive au moment où je vous annonce tristement que la Volvo Polestar 1 2020 ne sera pas disponible ici, mais ce n’est pas le cas. En effet, le Canada fait partie de la liste du pays dans lequel vous pourrez conduire une Volvo Polestar 1 2020. Le seul hic, c’est qu’on ne sait pas quand exactement la voiture frôlera le sol canadien puisque l’entreprise suédoise prévoit une production de 500 unités par an seulement. Selon certaines rumeurs, Volvo aurait déjà reçu plus de 7 000 demandes pour son nouveau bolide, ce qui veut dire que vos chances d’en obtenir un son pratiquement nul si vous appliquez aujourd’hui, mais qui sait, peut-être que si la demande est trop grande, le constructeur suédois pourrait se raviser sur ses chiffres de production.

Auteur: Jean-Sébastien Poudrier